Comment améliorer la Conciliation Médicamenteuse

L’Union Régionale des Professionnels de Santé (URPS) Pharmaciens d’Alsace travaille depuis sa création, avec les services de l’Agence Régionale de Santé (ARS) Alsace, à la prise en compte de la place du pharmacien dans le parcours de soins du patient à la sortie d’une hospitalisation.

C’est lors de ces échanges avec nos confrères hospitaliers que sont nés des projets d’amélioration du transfert d’informations des traitements médicamenteux de nos patients lors de leurs hospitalisations. Ces opérations sont plus couramment appelées actes de conciliations médicamenteuses.

QU'EST CE QUE LA CONCILIATION MEDICAMENTEUSE?

L'utilisation du terme concilier, désormais acquise, montre que par définition il y a actuellement deux mondes à rapprocher, à réconcilier.



La conciliation médicamenteuse peut se définir par l'accomplissement de 5 étapes successives:

  1. La recherche active d'informations sur le traitement du patient, qui peut se faire auprès du patient lui-même, de son entourage, et des professionnels de santé faisant partie de son parcours de soin. En particulier des pharmaciens d'officine, qui connaissent le mieux les derniers traitements délivrés au patient.
  2. La formalisation d'une liste exhaustive et complète des médicaments qui doit permettre en particulier de mettre en avant les traitements pris ou omis par le patient, ainsi que toutes les spécialités prescrites ou non par un médecin.
  3. La comparaison entre cette liste et la prescription hospitalière à l'admission, qui va permettre de repérer les divergence entre les deux et l'ordonnance d'admission, que cela soit sur les spécialités, les dosages et/ou les posologies.
  4. Caractériser les divergences observées, l'absence de divergences, les divergences intentionnelles ou bien encore les erreurs.
  5. La rédaction d'un complément d'information ou d’une nouvelle prescription, pour poursuivre la prise en charge médicamenteuse sécurisée du patient.

La conciliation ne peut se faire que de façon interprofessionnelle et avec un investissement des deux sphères, hospitalière et libérale au service du patient.

Expérimentation TRANSORDO

Expérimentation CONCIMED



En savoir plus sur les expérimentations cliquez ici.


Comme sur beaucoup d’autres sujets, le pharmacien d’officine doit être proactif pour rester maitre de son champ de compétence.  Si la prise en charge des patients à la sortie de l’hôpital fait déjà naturellement partie de notre activité nous devons continuellement travailler à son amélioration. L’aide à la préparation des séjours programmés doit ainsi rentrer dans notre champs de compétences, car d’ores et déjà de nombreuses sociétés déambulent dans les couloirs des hôpitaux pour détourner des prescriptions, qui ne nous arrivent que partiellement par fax.



Si notre profession, en collaboration avec les autres professionnels de santé de ville, ne se charge pas de coordonner l’entrée et la sortie de l’hôpital, d’autres ne manqueront pas de le faire ! Ceci se fera obligatoirement au détriment de la qualité des soins, du suivi et donc de la bonne prise en charge du patient.



Aujourd’hui, c’est grâce à l’implication toujours grandissante des les pharmaciens hospitaliers de la région, et l’ensemble des pharmaciens d’officine d’Alsace que certains services hospitaliers se rendent compte de l’importance de travailler en collaboration étroite avec les professionnels de santé performants que sont les pharmaciens.



Nous sommes le seul réseau du territoire en capacité de fournir des données importantes en pré-hospitalisation, ou en début d’hospitalisation. Notre maillage territorial, nos larges horaires d’ouverture ainsi que notre relation de proximité avec notre patientèle, sont autant d’atouts qu’il faut et faudra continuer à mettre en avant.



Au fur et à mesure de cette collaboration Ville-Hôpital, les prescripteurs comprendront aussi, à l’instar de ces médecins «qui ne peuvent plus se passer du travail des pharmaciens» comme l’a souligné le Dr De Guio, tout l’intérêt des échanges pour la préparation à la sortie hospitalière des patients.



Certes, pour ce faire nous aurons encore besoin de temps et de moyens techniques et financiers.  Mais les expérimentations menées dans tous les territoires alsaciens, soutenues par l’ARS Alsace, doivent démontrer leur efficience et leur utilité pour les patients.



Votre URPS prolonge déjà ce travail en mettant au point une messagerie sécurisée qui nous conduira dans les prochaines semaines à une amélioration de la sécurisation des traitements médicamenteux des patients